Effet chondroprotecteur de l’association glucosamine – chondroïtine sulfate : une étude clinique randomisée en double aveugle contre placebo dans l’arthrose du genou

VisuelWebGS-CSetArthrose

Objectif de cette étude*

Evaluer l’impact d’une complémentation avec de la glucosamine et/ou de la chondroïtine sulfate sur la réduction du pincement articulaire et de la douleur chez des sujets atteints d’une arthrose du genou symptomatique par comparaison à un placebo.

*Fransen, M et al., Ann Rheum Dis. 2014

Ce qu’il faut retenir

L’arthrose est une pathologie évolutive caractérisée par l’érosion irréversible du cartilage articulaire. Si les traitements actuels visent à soulager les symptômes, notamment les douleurs, liés à cette pathologie, un des enjeux de la recherche est d’identifier des moyens de ralentir, voire de prévenir la dégradation du cartilage

Cette étude menée chez plus de 600 personnes montre, par la mesure de critères radiologiques objectifs, que la complémentation pendant 2 ans de sujets (45-75 ans) atteints d’arthrose du genou avec une association glucosamine-chondroïtine sulfate réduit de manière significative le pincement articulaire par comparaison à un placebo, contrairement à la glucosamine ou à la chondroïtine prises séparément.

Le point de vue de l’expert (Anne Leblanc, Dr ès science, Groupe Larena Santé)

Sur le plan physiopathologique, le rationnel d’un apport de chondroïtine et de glucosamine chez un sujet arthrosique est en premier lieu la réduction de l’érosion du cartilage. Une moindre érosion contribuerait à diminuer la gêne fonctionnelle et, de façon indirecte et à plus long terme, à limiter les douleurs. Si l’intérêt de la glucosamine sulfate et de la chondroïtine sulfate pour améliorer la gêne fonctionnelle liée à l’arthrose a été reconnu par les experts de l’EULAR, les effets structuro-modulateurs restaient cependant qualifiés de probables en raison de l’absence de preuve scientifique rigoureuse. Cette étude clinique démontre clairement et de manière objective un effet protecteur de la structure du cartilage en réponse à l’apport d’une association de glucosamine et de chondroïtine sulfate pendant 2 ans chez des sujets atteints d’arthrose du genou. L’absence d’effet sur la douleur observé dans cette étude doit être interprétée avec précaution puisque la douleur rapportée par les patients avant complémentation était déjà plutôt faible (20% seulement des sujets avaient recours aux anti-inflammatoires non stéroïdiens). Par ailleurs, il est important de rappeler que la douleur arthrosique est souvent liée à des poussées inflammatoires dont les mécanismes physiopathologiques pourraient être ciblés par des nutriments complémentaires à la glucosamine et la chondroïtine.

Le contexte

L’arthrose reste une des principales causes d’incapacité à travers le monde. A ce jour, il n’existe pas de traitement curatif et aucune intervention n’a fait la preuve de son efficacité pour retarder l’intervention chirurgicale. Le recours à des anti-arthrosiques d’action lente n’est pas rare mais souffre d’un manque d’études cliniques suffisamment bien construites pour valider leur action sur la structure du cartilage. La glucosamine et la chondroïtine sont des composants naturels de l’organisme et sont les principaux substrats pour la synthèse des protéoglycanes, composants essentiels de la matrice cartilagineuse. Ces deux nutriments, seuls ou en association, ont fait l’objet de nombreuses études montrant que, globalement, une complémentation avec ces nutriments réduit la gêne fonctionnelle et le pincement articulaire au niveau du genou (1). Cependant, la diversité des formes apportées et des méthodologies mises en œuvre dans les études est régulièrement soulignée par les experts comme étant un frein pour la reconnaissance unanime de l’efficacité de ces nutriments.

Méthodologie de l’étude

Il s’agit d’une étude clinique randomisée en double aveugle contre placebo avec un suivi de 2 ans.

Figure1-GS-CSetArthroseV3

Résultats

Rétrécissement de l’interligne articulaire Seuls les sujets ayant reçu conjointement la glucosamine et la chondroïtine sulfate (GS/CS) présentent une diminution significative du rétrécissement articulaire à 2 ans de -0.1 mm par comparaison au groupe placebo (p=0.046).   Figure1-GS-CSetArthrose Figure 1 | Mesure de l’interligne articulaire à 1 et 2 ans  (* : variation significative) Aucune différence significative entre les 4 groupes n’a été mise en évidence concernant la douleur.

Références
1. Bottegoni C, Muzzarelli RA, Giovannini F, Busilacchi A, Gigante A. Oral chondroprotection with nutraceuticals made of chondroitin sulphate plus glucosamine sulphate in osteoarthritis. Carbohydr Polym 2014;109:126-38.

> Téléchargez l’intégralité du ConneXience n°16 – Juillet 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s