Resvératrol et paramètres glucidiques : les résultats positifs d’une première méta-analyse

Objectif de cette étude*

Evaluer par une méta-analyse les effets du resvératrol sur le contrôle de la glycémie et de la sensibilité à l’insuline.

*Liu et al., American Journal of Clinical Nutrition, Avril 20141

Ce qu’il faut retenir

Cette méta-analyse confirme l’intérêt porté ces dernières années au rôle du resvératrol dans la prise en charge du patient diabétique. En effet, les résultats de cette étude ont montré que chez le patient diabétique, la prise de resvératrol est associée à une amélioration significative des paramètres glucidiques tels que la glycémie et l’insulinémie à jeun, la sensibilité à l’insuline (HOMA-IR) et l’hémoglobine glyquée.

Le point de vue de l’expert (Amandine Brochot, Dr ès sciences, Larena Santé)

Cette méta-analyse est la première réalisée à ce jour sur la mise en évidence d’un effet du resvératrol sur les paramètres glucidiques. Elle permet enfin de faire le point sur l’efficacité du resvératrol chez l’homme après de nombreuses études précliniques concluantes. Ce premier travail positif révèle cependant que de futures études cliniques sont nécessaires afin de préciser les doses efficaces de resvératrol et la durée de la complémentation.

Le contexte

Le diabète de type 2 est devenu un problème majeur de santé publique dont la prévalence a fortement augmenté ces dernières années. En 2013, 382 millions personnes à travers le monde présentent un diabète de type 2 et les estimations les plus récentes suggèrent que d’ici 2035 ce nombre pourrait atteindre 592 millions2. En outre, le nombre de personnes présentant une détérioration de la tolérance au glucose, prédisposant au développement d’un diabète de type 2, pourrait atteindre 472 millions de personnes d’ici 2030. Aussi, trouver des alternatives naturelles à l’allopathie, comme le resvératrol, pourrait s’avérer d’intérêt.

Méthodologie de l’étude

Dans cette méta-analyse, les auteurs ont sélectionné un ensemble d’études cliniques randomisées réalisées en double aveugle qui évaluaient l’effet du resvératrol chez des patients diabétiques ou non. Sur 131 articles identifiés, seuls 11 respectaient les critères d’inclusion imposés par les auteurs au cours de leur recherche bibliographique, à savoir prise de resvératrol pendant plus de 2 semaines, valeurs de glycémie enregistrées à l’inclusion et en fin d’étude, tout comme l’insulinémie et le taux d’hémoglobine glyquée.

Résultats

Sur les 388 patients inclus dans les 11 études analysées, les résultats ont montré que le resvératrol, administré à une dose comprise entre 8 mg et 2 g/j, pendant 2 semaines à 6 mois, diminuait de manière significative la glycémie à jeun (-35,22 mg/dL ; p < 0,01), l’insulinémie (-4,55 µIU/mL ; p < 0,01), l’hémoglobine glyquée (-0,79% ; p = 0,02) et la résistance à l’insuline (HOMA-IR : -2,25 ; p < 0,01) chez les patients présentant un diabète de type 2. La figure 1 illustre, au travers des résultats obtenus au cours d’une étude considérée dans la méta-analyse, les effets cliniques observés dans une population de patients diabétiques supplémentés avec 1 g/j de resvératrol pendant 45 jours3.

Chez les patients ne présentant pas de diabète à l’inclusion, la méta-analyse n’a pas permis de mettre en évidence d’effet significatif sur les paramètres glucidiques. Les analyses en sous-groupes effectuées sur cette population globale de sujets pré-diabétiques ont montré que l’absence d’effet était maintenue quels que soient l’indice de masse corporel, le design de l’étude, la dose de resvératrol administrée ou encore la durée de l’étude.

Figure 1 | Modifications des paramètres glucidiques (moyenne ± SEM) observés dans le groupe contrôle et dans le groupe resvératrol (RSV) après 45 jours de supplémentation à 1g/j * p < 0,05  (Extrait et adapté de Movahed et al., 2013)3.

CONCLUSION

Cette méta-analyse a montré que la prise de resvératrol chez le sujet diabétique permet globalement d’améliorer le contrôle de la glycémie à jeun, de l’insulinémie, de l’hémoglobine glyquée et de la sensibilité à l’insuline, tous étant des paramètres métaboliques participant à augmenter le risque cardio-métabolique. En revanche, une supplémentation en resvératrol administrée chez des sujets pré-diabétiques n’a pas montré d’effets bénéfiques significatifs sur ces mêmes paramètres.

Plusieurs données précliniques ont permis de comprendre comment le resvératrol pouvait avoir de tels effets dans un contexte de diabète. Ainsi, la capacité du resvératrol à activer la sirtuine 1 (une enzyme mimant la restriction calorique) et à augmenter la capture du glucose par les tissus en stimulant l’expression de GLUT4 ont été démontrées chez des animaux diabétiques. L’amélioration de la sensibilité à l’insuline par le resvératrol pourrait s’expliquer quant à elle par l’effet protecteur du resvératrol sur les cellules b du pancréas, ses capacités à stimuler l’expression de Akt (un modulateur de la voie de signalisation de l’insuline) et ses activités anti-inflammatoires et anti-oxydantes.

1. LIU K et al. Effect of resveratrol on glucose control and insulin sensitivity: a meta-analysis of 11 randomized controlled trials. Am J Clin Nutr. 2014 .
2. GUARIGUATA L et al. Global estimates of diabetes prevalence for 2013 and projections for 2035. Diabetes Res Clin Pract. 2014 ; 103 : 137-149.
3. MOVAHED A et al. Antihyperglycemic effects of short term resveratrol supplementation in type 2 diabetic patients. Evid Based Complement Alternat Med. 2013 ; 2013 : 851267.

> Téléchargez l’intégralité du ConneXience n°13 – Avril 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s