Développement de traitements probiotiques dans l’obésité

VisuelWebProbiotiquesEtObesite

Objectif de cette étude*

Evaluer le bénéfice santé des probiotiques dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité et préciser par quels mécanismes d’action certaines souches influencent le métabolisme.

*Mekkes M.C., Weenen T.C., Brummer R.J., Claassen E. Beneficial Microbes, Juillet 2013, sous Presse.

Ce qu’il faut retenir

L’utilisation de souches probiotiques capables de favoriser la production de butyrate et/ou de diminuer l’inflammation de bas-grade constitue une approche prometteuse dans le traitement de l’obésité. Une réduction de facteurs de risque impliqués dans le développement de pathologies cardiovasculaires tels que le poids corporel, la masse grasse et les dyslipidémies a été obtenue avec des doses journalières variant de 1.1010 à 1.1011 CFU et des périodes de complémentation de durées variables, de 6 semaines à 12 mois. Ces résultats illustrent l’intérêt thérapeutique des probiotiques dans la prise en charge de sujets souffrant d’obésité.

Le point de vue de l’expert (Sophie Holowacz, Dr ès science, Groupe Larena-Santé)

La compréhension des mécanismes physiopathologiques de l’obésité s’est profondément modifiée au cours de ces 10 dernières années. Les travaux récemment publiés ont permis d’établir une relation forte entre le microbiote intestinal, l’augmentation de la perméabilité intestinale et le développement de l’inflammation associée à l’obésité et l’insulino-résistance. Restaurer l’intégrité de l’épithélium intestinal constitue désormais une stratégie d’avenir dans la prise en charge de l’obésité et laisse une place de choix aux probiotiques.

La pathologie et son contexte

La prévalence de l’obésité ne cesse d’augmenter dans les pays développés. Cette pathologie représente un réel problème de santé publique, amenant à une recherche intensive sur les possibilités d’intervention. Ces dernières années, le microbiote intestinal est devenu l’un des éléments phare de cette recherche et l’idée de moduler sa composition et/ou son activité par les probiotiques constitue une approche intéressante dans le traitement du surpoids et de l’obésité.

Méthodologie de l’étude

Il s’agit d’une analyse exhaustive réalisée à partir de la base de données bibliographiques PubMed. La recherche menée à partir des mots clés ‘’probiotics’’, ‘’obesity’’ et ‘’randomised controlled trials’’ (essais cliniques randomisés)  a permis d’identifier 5 études cliniques d’intérêt dans le domaine sur les probiotiques et d’évaluer globalement la relation entre microbiote intestinal et obésité.

Résultats

Particularités du microbiote intestinal chez le sujet obèse

Une modification de la composition du microbiote intestinal a été mise en évidence chez les individus obèses versus minces, ainsi que chez les patients en surpoids soumis à une prise en charge diététique ou chirurgicale (Figure 1). Les données publiées supportent le concept d’une implication des bactéries de la flore commensale sur la gestion du métabolisme énergétique et soulignent l’intérêt d’une intervention nutritionnelle visant à :

  • augmenter la production de butyrate, acide gras à chaine courte issu des fermentations bactériennes intestinales et substrat essentiel pour le maintien de l’intégrité de l’épithélium intestinal
  • et/ou à diminuer l’inflammation de bas-grade induite par le passage de lipopolysaccharides – composants essentiels de la membrane externe des bactéries à Gram-négatif – dans la circulation sanguine.

ConneXiencec7Figure1

Figure 1 | Caractéristiques de l’écosystème intestinal chez les sujets obèses versus minces.

Etudes sur les probiotiques

L’effet clinique des probiotiques sur le poids a été évalué dans 5 études cliniques (Tableau 1). Une réduction de l’adiposité abdominale (- 4,6%), de l’IMC (- 1,5% à -8,1%), et de la masse grasse totale, viscérale et sous-cutanée (-13,2%, – 5,8% et -7,4% respectivement) a notamment été observée chez 140 individus obèses ou en surpoids après 10 à 12 semaines de complémentation probiotique. La prise de probiotiques durant la grossesse (à partir du 2ème trimestre et jusqu’à 6 mois après l’accouchement), associée à des conseils diététiques, a permis de réduire de 25% l’adiposité centrale après l’accouchement. L’impact d’une intervention périnatale en probiotique s’est également accompagnée, à l’âge de 4 ans, d’une réduction de l’IMC des enfants à risque de surpoids. Enfin, une diminution des facteurs de risque cardiovasculaire tels que les concentrations sériques en cholestérol total (- 7,3%), en LDL-cholestérol (- 9,6%) ou encore en fibrinogène (- 13,5%) a été soulignée dans une étude contrôlée menée chez des sujets présentant une cholestérolémie modérée.

ConneXience7Tableau1

Tableau 1 | Détails des études cliniques menées sur les probiotiques et leur impact sur la réduction du poids et de la masse grasse.

> Téléchargez l’intégralité du ConneXience n°7 – Octobre 2013

Une réponse à “Développement de traitements probiotiques dans l’obésité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s