Nouvelles cibles du resvératrol : les adipocytes

VisuelWebSureauEtProbiotique

Objectif de cette étude*

Etudier chez le sujet obèse les effets du resvératrol (administré à la dose de 150 mg/j pendant 30 jours) sur le tissu adipeux.

*Konings et al., International Journal of Obesity, Août 2013.

Ce qu’il faut retenir

Ces dernières années, le rôle bénéfique des polyphénols, plus particulièrement celui du resvératrol, s’est illustré dans la prévention des maladies cardio-métaboliques. Les données de cette étude réalisée chez l’homme montrent qu’une complémentation par le resvératrol conduit à une diminution de la taille moyenne des adipocytes, associée à une augmentation de l’expression des gènes impliqués dans l’autophagie, permettant ainsi d’améliorer la sensibilité à l’insuline de patients obèses.

Le point de vue de l’expert (Amandine Brochot, Dr ès sciences, Larena Santé)

Bien que de nombreuses études in vitro et in vivo aient vanté les mérites du resvératrol, les preuves de son efficacité chez l’homme restaient encore peu nombreuses. Les travaux menés ces deux dernières années par Timmers et Konings permettent de valider l’intérêt clinique du resvératrol : cet ingrédient mime non seulement la restriction calorique, facteur de longévité, mais modifie également le métabolisme dont celui des cellules adipeuses. De par l’ensemble de ses propriétés, le resvératrol occupe incontestablement une place de choix dans la prise en charge des maladies cardio-métaboliques.

La pathologie et son contexte

En 2011, les résultats d’une étude clinique* menée chez 11 sujets obèses avaient montré que l’administration pendant 30 jours de resvératrol (150 mg/j) s’accompagnait d’une diminution significative de la glycémie à jeun, de l’indice HOMA-IR, des triglycérides plasmatiques, de l’accumulation de lipides au niveau hépatique, de la pression artérielle systolique, et d’une amélioration de la fonction mitochondriale. Des prélèvements de graisse abdominale avaient été effectués au cours de cette étude et ce sont les résultats de l’analyse de la morphologie des adipocytes et des voies de signalisation associées qui font l’objet de cette nouvelle publication.

Méthodologie de l’étude

Dans cette étude randomisée en double aveugle et en cross-over, 11 patients ont reçu un placebo pendant 30 jours puis ont été complémentés 4 semaines plus tard avec 150 mg/jour de RSV pendant 30 jours  (ou RSV puis placebo toujours séparés de 4 semaines). Le dernier jour, 6h après la prise de RSV ou du placebo, une biopsie du tissu adipeux sous-cutané abdominal a été réalisée en période postprandiale. La taille des adipocytes a été mesurée et les voies de signalisation ont été étudiées par l’analyse de puces à ARN. Cette technologie permet de comparer la modification d’expression de certains gènes sous l’influence du RSV.

Résultats

Modification de la taille des adipocytes

Après 30 jours de complémentation, une diminution significative (p<0,05) de la taille des adipocytes du tissu adipeux sous-cutané abdominal a été observée chez les patients obèses comparé aux résultats obtenus après administration du placebo (Figure 1). Ce résultat global s’explique par une diminution de la proportion des adipocytes de très large diamètre (Ø > 90 µm) et une augmentation des adipocytes de faible diamètre (Ø < 50 µm) (Figure 2).

Figure1SureauEtProbiotique

Figure 1 | Taille des adipocytes après 30 jours de complémentation (placebo ou RSV à 150 mg/jour, n=8) * p<0,05

Figure2SureauEtProbiotique

Figure 2 | Répartition du diamètre des adipocytes après 30 jours de complémentation (placebo ou RSV à 150 mg/jour, n=8) * p<0,05

Analyse de l’expression des gènes

L’expression de 582 gènes a été modifiée par le RSV au sein des adipocytes :

  • diminution de l’expression des gènes des voies Wnt et Notch impliqués dans l’adipogénèse, des récepteurs couplés aux protéines G et des gènes codants pour des protéines impliquées dans l’angiogénèse.
  • augmentation de l’expression des gènes impliqués dans transport du glucose et des hexoses, associés au cycle cellulaire, à la fonction des lysosomes et des phagosomes et augmentation des gènes liés à l’inflammation locale (dont NF-kb). Cette dernière peut s’expliquer par le fait qu’en diminuant de taille, les adipocytes subissent un stress mécanique favorisant l’expression de gènes pro-inflammatoires. Ce phénomène est retrouvé chez les patients après une perte de poids importante. Cependant, cette inflammation locale ne peut pas être corrélée à une inflammation de bas grade chronique et systémique car une diminution des niveaux circulants d’IL-6 et de TNF-α a été observée chez ces mêmes patients*;
  • activation du facteur de transcription TFEB, qui coordonne la formation des lysosomes et fonctionne comme le « master chef »  de l’autophagie lorsque les cellules sont carencées en nutriments

CONCLUSION

Cette étude clinique réalisée chez l’homme avec des doses « classiques » de resvératrol a montré qu’une complémentation d’un mois permet de modifier la population des adipocytes au profit des cellules graisseuses de petit diamètre et de stimuler l’autophagie. Les auteurs suggèrent que l’activation de l’autophagie permettrait le catabolisme des lipides stockés dans les adipocytes par un mécanisme différent de celui de la lipolyse. L’observation de ces modifications au niveau du tissu adipeux explique en partie les effets métaboliques du resvératrol publiés en 2011* sur cette même série de patients, chez lesquels une amélioration de la sensibilité à l’insuline avait été mise en évidence.

* Timmers et al. 2011, Cell Metab. Nov 2;14(5):612-22.

> Téléchargez l’intégralité du ConneXience n°6 – Septembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s